mercredi 21 septembre 2016

Les ailes d'émeraude (Alexiane de Lys)

Tome 1

À 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l’orphelinat dans lequel elle vit depuis ses 6 ans. Seule au monde, l’adolescente est lâchée dans la ville. Alors qu’elle vient de se faire violemment agresser par deux inconnus, elle fait la connaissance du mystérieux et séduisant Gabriel. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature : elle fait partie des Myrmes, un peuple ailé doté d’incroyables pouvoirs sensoriels…

J’avais entendu tellement de bien concernant ce roman que je me suis dit que mon achat trimestriel chez France Loisirs était tout trouvé. J’étais quand même sceptique, comme toujours quand on me vante trop un roman… eh bien je comprends mieux l’engouement, désormais !

Les ailes d’émeraude 1 nous présente Cassiopée O’Brien, orpheline qui va découvrir dans des circonstances étranges et pour le moins mouvementées qu’elle n’est pas seulement humaine. Elle est une Myrme, un être doté d’ailes et de sens beaucoup plus développés comme certains animaux. Sauf qu’au sein même des Myrmes, il existe des conflits… et Cass pourrait bien se trouver prise entre deux feux. Ce n’est pas la présence de Gabriel, qui met tous ses sens en émoi, qui va arranger les choses… ou si ?

J’avoue que j’étais curieuse de tester ce roman. Très vite, je me suis aperçue qu’en effet, le ton était drôle, prenant et que les aventures de Cassiopée étaient franchement inédites. Et puis, du fantastique avec de la romance, quoi ! Mon genre chouchou ! Comment pouvais-je décemment résister ?

On fait donc la connaissance de Cass, caractère bien trempé, idées fixes mais capacité à se remettre en question si besoin. Elle a quand même quelques réactions qui valent le détour, et la voir évoluer dans le roman est un vrai plaisir. C’est vraiment une héroïne forte qui possède des faiblesses, ce qui nous la rend humaine, j’aime beaucoup. Et puis, ses hésitations amoureuses et autres sont sincèrement réalistes, on aurait presque dit les miennes, donc je n’ai pu que me sentir proche d’elle !

Les autres personnages ne sont pas en reste : ils possèdent chacun une véritable personnalité avec de multiples facettes qui les rendent intéressants. Tous sont à même de provoquer différentes émotions chez le lecteur, notamment Gabriel qui est un sacré phénomène mais pour lequel j’ai évidemment craqué. Qui ne rêverait pas d’un gars comme lui ?

Mais bon, Gabriel et Cass ne font pas toute la gamme des personnages. D’ailleurs, je dois avouer que la trame qui est tissée dans ce premier tome est vraiment riche. D’accord, le bouquin est gros, donc en même temps, ça va avec. Mais… pas seulement ! Les personnages sont intelligents et ça donne une ampleur franchement agréable, d’autant plus que les retournements de situation en deviennent inattendus.

Parlons de l’univers surnaturel que l’on découvre. Awh, il est riche ! Il est même très riche, et attention, ce n’est qu’un premier tome ! Que de surprises nous attendent et nous fascinent ! Parce que clairement, je ne sais pas vous, mais avoir des ailes de papillon et développer des dons sensoriels, clairement j’dirais pas non. Ça fait rêver et ça fait un bien fou ! Je renoue ainsi avec mon genre chouchou : le fantastique. Parce que oui, il y a des éléments réalistes et même des incursions du surnaturel dans notre monde, ce n’est pas de la fantasy et je dis carrément oui !

J’approuve d’autant plus qu’Alexiane de Lys possède une jolie plume assez franche, pleine de vitalité et assez légère et pleine d’humour. C’est exactement le genre de lectures que j’aimerais retrouver plus souvent, avec cette petite pointe de sarcasme et un juste dosage de tension pour qu’on n’ait pas envie de lâcher le roman. Sans parler des descriptions juste suffisantes, pas trop longues ni trop courtes ! On se représente bien l’ensemble, c’est aussi un gros point fort.

Ah, et les valeurs. Je crois que j’ai trouvé par moments Cassiopée un peu trop violente, mais je suis mal placée pour dire quelque chose, vu ce que ma propre héroïne peut développer comme réactions. En dehors de ces réflexions parfois très cruelles, que l’on ressent sûrement au moins une fois dans sa vie, Cassiopée incarne quand même la droiture. Elle se soucie des autres, même si ce n’est pas parfait et qu’elle peut blesser. Elle essaie de faire ses choix selon son idée de la justice et de l’amour, et elle va se battre pour ce en quoi elle croit.

Je voudrais revenir une dernière fois sur cette intrigue qui prend son temps sans avoir de temps mort. C’est assez rare, tout de même, néanmoins les changements qui se produisent n’interviennent pas d’un seul coup comme ça. On a le temps de voir des trucs pas nets se produire avant que tout ne lui tombe sur le coin du nez, et ensuite, tout s’emballe avant de se calmer un peu. Et comme je l’ai dit, ça reste fascinant. Quand Cass découvre ses facultés, c’est juste génial ! Et les dernières pages du bouquin (je dirais les 150 dernières pages) m’ont empêchée de lâcher l’affaire : je voulais savoir ! En plus de ça, Alexiane de Lys va au bout des choses. Si un truc doit être horrible, elle le met. Sans faire étalage de détails, mais elle y va. Ça aussi, c’est un bon truc ! (non, je ne suis pas en train de louer le sadisme de l’auteur… ou peut-être que si. Faut bien se soutenir entre nous, non ?)

En conclusion, Les ailes d’émeraude 1 est un véritable succès pour moi. Si ça n’a pas été un coup de cœur, je peux cependant assurer qu’il s’agit de ma découverte du mois. L’univers, les personnages, l’intrigue, la plume et l’humour… c’était du bon fantastique et ça m’avait manqué ! J’ai aimé quasiment tout ce que j’y ai trouvé, hormis les quelques pulsions un peu trop violentes parfois de Cassiopée, mais ça risque bien d’être la seule ombre au tableau. Je comprends désormais mieux pourquoi les gens ont apprécié, j’ai été conquise aussi !
Ce sera donc un 19/20 pour moi et je vous le conseille ! Ne vous laissez pas freiner comme moi, essayez !



Tome 2 : L'exil



Tout juste de retour au camp des Myrmes, Cassiopée affronte une première déconvenue : Gabriel est en mission espionnage et les deux amoureux sont brutalement séparés.
Arrive alors Leo, un jeune homme mal en point qui ne tarde pas à révéler sa véritable identité. Ancien Myrme devenu Narque, il a un message à lui transmettre de la part de Manassé : Cassiopée est en danger au sein de son propre clan. Le mal serait-il vraiment du côté des Narques ?
Gabriel est bientôt porté disparu. Tout porte à croire qu'il est mort, mais Cassiopée, convaincue du contraire, décide de suivre son intuition et part à sa recherche, aidée de ses amis.

Bon ! Il est temps d’arrêter de procrastiner et de taper cette chronique ! D’autant plus que ça a été une super lecture, tout comme le tome un !

Dans L’exil, nous retrouvons Cassiopée chez les Myrmes, mais elle n’est pas en odeur de sainteté. Au contraire, la voici considérée comme une paria, essentiellement à cause de sa filiation. En plus de ça, Gabriel a été envoyé en mission loin d’elle, elle doit donc faire profil bas et attendre que l’orage passe. Sauf que des évènements inattendus vont venir bouleverser ses plans, et la forcer à fuir du village, pour sauver Gabriel, porté disparu et prétendu mort par les autorités des Myrmes. La vérité se trouverait-elle chez Manassé ? Quels fils tire-t-il ?

Il est compliqué de faire un résumé qui dise tout ce qu’il faut sans réellement vous spoiler. Ce que je peux déjà vous assurer, c’est que c’est aussi prenant que le premier opus, toutefois de façon différente. En effet, désormais que nous sommes dans l’univers, que l’introduction a été faite, nous plongeons dans les réelles manigances qui se trament entre Myrmes et Narques, et auxquelles Cassiopée est mêlée sans même le vouloir ou le savoir de prime abord.

L’histoire prend en profondeur, dans ce deuxième tome. Non pas que le premier n’en avait pas, seulement, on nous balançait beaucoup d’informations, pour nous intriguer, nous fasciner… là, on est pris à part pour émettre des hypothèses et nous concentrer sur le cœur du problème, qui représente un beau nœud qu’il ne va pas être évident de démêler. L’histoire se déroule d’ailleurs sur un laps de temps plus court qu’auparavant, néanmoins, tout est aussi dense et prenant !

L’intensité de cette suite tient aussi à la place qui est offerte à Gabriel : nous le suivons lui seul pendant certains chapitres, et du coup, le suspense devient plus important, parce qu’on nous donne juste assez d’informations pour nous accrocher et en redemander.

Parlons donc des personnages, d’ailleurs. Cassiopée est une jeune femme assez impétueuse, entière, qui va pourtant mûrir et apprendre à réfléchir pour mieux agir. J’aime toujours autant son personnage, son énergie, mais aussi son humanité. Elle est pleine de force, présente pourtant des faiblesses qui nous touchent chacun à notre manière. Ses réactions face aux évènements m’ont paru très réalistes et j’ai apprécié de voyager avec elle ! Elle représente la part d’ado que nous avons tous encore en nous, et ce côté adulte qui survient toujours à un moment ou à un autre.
Gabriel est toujours aussi mystérieux, parfois arrogant et énervant, mais comme Cassiopée, on a tendance à craquer sur lui ou à s’y attacher. Sa dévotion et son amour pour elle sont très touchants, son énergie et son intelligence ont de quoi susciter l’admiration ! En bref, c’est une tête de mule qu’on aime beaucoup !

Les personnages secondaires sont nombreux et forment un ensemble vraiment unique et atypique. Chacun possède son propre caractère, et suscite des émotions diverses chez le lecteur ! Les meilleurs amis de Cassie m’ont vraiment émue ou fait rire, tandis que des personnages comme Manassé, Soraya ou Morgane m’ont encore vraiment agacée tout en me faisant réfléchir. Oui, parce que généralement, les personnages potiches n’existent pas, dans cette saga ! Et ça, c’est un gros plus pour moi !

L’humour est bien sûr toujours aussi présent. De façon différente, moins piquante peut-être, sauf qu’il reste là et que les sourires fleurissent souvent sur nos lèvres. Les délires d’Alexiane de Lys (notamment au tout début avec les vieilles insultes) m’ont vraiment embarquée aussi, et c’est sincèrement rafraîchissant ! Sans parler des sarcasmes de Cassiopée, qui offrent une dynamique intéressante au roman aussi, avec les répliques des uns et des autres.

Au niveau de l’imaginaire, j’avoue toujours autant apprécier ce que je découvre dans cet univers et sous cette plume. Qui ne serait pas fasciné par les différents sens que déploie cette auteur pour créer des capacités hors normes ? Puis, les révélations qui nous sont faites nous laissent assez rapidement sur les fesses. Oh, sans parler des décisions qui sont prises ! Là, j’ai eu l’impression d’être dans un vrai roman de fantasy/fantastique : il y a des morts, des sacrifices, et Alexiane de Lys n’a pas eu peur d’y aller, puisqu’elle a même utilisé ces évènements pour faire grandir ses personnages. C’est un énorme plus, ça !

Concernant la plume, je l’ai encore une fois trouvé très fluide, avec parfois des phrases ou des répliques qui auraient mérité d’être extraites pour les noter dans un carnet. Entre les piques d’humour, de sarcasme, les réflexions plus sages et posées que nous pourrions parfaitement appliquer à notre quotidien, ou certaines tournures de phrases… non, vraiment, c’était un bouquin très riche par sa plume, parce que c’est aussi parfois percutant.

Enfin, abordons les valeurs. L’amitié et l’amour ont une grosse place dans cette saga, c’est un fait. C’est même ce qui tient nos personnages debout et ensemble. Il y a la notion de pardon, y compris celui du pardon à soi, et celle d’accepter ce qu’on ne peut changer. La confiance à l’autre est aussi présente, surtout quand on voit les manipulations diverses dont Cassiopée est victime ou témoin. Et bien évidemment, il est question du dépassement de soi, surtout pour les autres (donc, d’altruisme). Bref, il y a une foule de belles valeurs au milieu d’une histoire fascinante et prenante !

En conclusion, le deuxième tome des Ailes d’émeraude a été une lecture fascinante, prenante, avec une intrigue qui prend en profondeur désormais que nous connaissons le contexte imaginaire global. Alexiane de Lys nous livre une histoire qui touchera le lecteur, osant les sacrifices et la remise en question de ses personnages. Aucun d’entre eux n’est pas, Cassiopée reste un personnage qu’on aime suivre avec toute sa bande, avec son humour et sa combativité. Les révélations sont intrigantes, on a envie d’en savoir plus, et les pages défilent aisément au fil d’une plume fluide mais percutante.
Ce sera donc un 18/20 pour moi et vivement le tome 3 !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire